CAVES COOPÉRATIVES
A l’opposé du caractère indépendant du vigneron médocain,
l’esprit de la coopération a conquis les plus sceptiques.








Nées de la crise
Le mouvement coopératif est né du grand marasme économique des années 30. Frappés de plein fouet par les conséquences désastreuses de la crise de 1929, de nombreux propriétaires se retrouvèrent dans une situation financière catastrophique. Face à la chute des exportations et des récoltes, de nombreux grands domaines s’effritèrent et donnèrent naissance à de petites exploitations viticoles. Très vite, la survie de ces petites propriétés fut menacée et la coopération s’imposa comme l’unique solution. Les caves permirent alors aux vignerons d’unir leurs moyens afin de maintenir et développer la qualité de leur production.

Cependant, la coopération n’a pas été acceptée aussi facilement. Pour des hommes aussi indépendants que les Médocains, de telles actions collectives étaient peu envisageables. Le scepticisme des viticulteurs s’évanouit pourtant, dès 1933, face au succès que remporta la première cave coopérative tout juste née.
À partir de cette date, les caves coopératives fleurirent sur le sol médocain et ni la Deuxième Guerre mondiale, ni les quelques échecs et difficultés rencontrés ne ralentirent le fabuleux essor de la coopération.

Douées pour réussir
La coopération eut pour mission, dès le départ, de défendre les intérêts des petites exploitations familiales et de favoriser le bon équilibre du monde rural. Pour cela, il lui fallait sans cesse optimiser la qualité des vins, préserver les propriétés viticoles tout en encourageant les installations et les reprises, et soulager les vignerons dans des étapes importantes telles que la vinification et la commercialisation de leurs vins.
Un rôle tenu à la perfection par les caves coopératives qui ont contribué à la croissance du Médoc vinicole.

Aujourd’hui, les caves coopératives regroupent plus de 600 vignerons (représentant 2000 hectares de vigne) ainsi que leurs parcelles de terre réparties sur l’ensemble du territoire médocain.
Dans un souci d’amélioration du potentiel viticole, la cave intervient sur les terres mises en commun en termes de remembrement ou d’encépagement. Dans une recherche de qualité optimale, la coopération met à disposition des viticulteurs adhérents des chais dans lesquels la vinification est assurée pas des œnologues à la pointe des dernières innovations. La cave investit également dans des équipements technologiques performants et des nouvelles techniques modernes inaccessibles au vigneron isolé. Déchargé de la vinification, le viticulteur peut librement s’attacher à son rôle de producteur et ainsi soigner tranquillement ses vignes.
On constate que l’exigence de traçabilité à laquelle se soumet la coopération a permis d'améliorer la qualité et de faire respecter l’origine des vins. La fixation des dates de vendange par des commissions techniques en fonction des cépages, porte-greffes et terroirs prouve que les actions de la coopération sont solidement réglementées.

Vouées à une longue vie de succès
Les vins produits et assemblés dans une coopérative sont ensuite vendus sous le nom de la cave, sous le nom du château du producteur dans le cas d’une vinification séparée ou sous une marque commerciale. La marque appartient soit à la cave coopérative, soit à son union, soit à un négociant. Les négociants, dont le rôle commercial n’a fait que se renforcer au fil du temps, ont multiplié, ces dernières années, les marques diffusées sous leur signature, gage d’un vaste choix de vins pour le consommateur. Ces crus trouvent dans la coopération un très bon suivi d’approvisionnement nécessaire à la satisfaction des clients.
De la taille d’un grand château (excepté UniMédoc : 1200 Ha), chacune des 9 caves coopératives actuelles, réparties dans 5 des 8 AOC médocaines, a largement concouru à la notoriété du Médoc. Ces caves représentent 12 % de la production viticole médocaine et ont su faire triompher les notions de solidarité et de qualité.



Cave Grand Listrac – Listrac Médoc
Tel +33 (0)5 56 58 03 19 – Fax +33 (0)5 56 58 07 22
grandlistrac@cave-listrac-medoc.comwww.cave-listrac-medoc.com.

Marquis de Saint Estèphe et Chatellenie de Vertheuil – Saint Estèphe
Tel +33 (0)5 56 73 35 30 – Fax +33 (0)5 56 59 70 89
marquis.st.estephe@wanadoo.fr 

Cave Canterayne – Saint Sauveur
Tel +33 (0)5 56 59 57 11 – Fax +33 (0)5 56 59 52 06
canterayne@wanadoo.fr

Cave La Paroisse – Saint Seurin de Cadourne
Tel +33 (0)5 56 59 31 28 – Fax +33 (0)5 56 59 39 01
cavecooperativevinification@wanadoo.fr

Cave Saint Brice – Saint Yzans
Tel +33 (0)5 56 09 05 05 – Fax +33 (0)5 56 09 01 92
saintbrice@wanadoo.fr

Cave La Rose Pauillac – Pauillac
Tel +33 (0)5 56 59 26 00 – Fax +33 (0)5 56 59 63 58
larosepauillac@wanadoo.frwww.la-rose-pauillac.com

Les Viticulteurs du Fort Médoc – Cussac
Tel +33 (0)5 56 58 92 85 – Fax +33 (0)5 56 58 92 86
cave-fort-medoc@wanadoo.frwww.cave-fort-medoc.fr.st

Les Vignerons d’Uni Médoc – Gaillan
Tel +33 (0)5 56 41 03 12 – Fax +33 (0)5 56 41 00 66
cave@uni-medoc.comwww.unimedoc.com

Fédération des Syndicats du Commerce en gros des vins de Bordeaux et de la Gironde (Fédération des Négociants) – Bordeaux
1 Cours du XXX Juillet - 33000 Bordeaux
Tel +33 (0)5 56 00 22 90 – Fax +33 (0)5 56 81 37 43
negoce@vins-bordeaux-negoce.comwww.vins-bordeaux-negoce.com
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.