COLLECTION DE CRUS BOURGEOIS
Au fil du temps, l'excellence des Crus Bourgeois s'est imposée telle une évidence.

Du cru des bourgeois
au Cru Bourgeois, il n’y a qu’un
pas… de quelques siècles.
Le terme « bourgeois » remonte à l’époque médiévale, qui voit apparaître de grands marchands basés dans le bourg de Bordeaux, d’où le terme « bourgeois ». Du Moyen Âge à la Révolution française, la bourgeoisie est omniprésente dans la vie politique et économique des villes et sait, à chaque changement de pouvoir ou d’autorité, conserver ses nombreux privilèges, notamment dans le domaine fiscal. Exonérés des lourdes taxes qui pèsent sur le vin, les bourgeois investissent très tôt dans la terre et créent de grandes propriétés viticoles. 1789 et la Révolution française marquent la fin des privilèges mais, enrichis par tant d’années de commerce prospère, les bourgeois poursuivent leur rôle de « pionniers du vin ». Classe très aisée, la bourgeoisie s’offre alors les meilleures terres et les méthodes de production les plus performantes.
À la pointe des dernières techniques viticoles et vinicoles, les bourgeois créent des vins d’une grande qualité et étendent leurs domaines jusqu’à former les prestigieux vignobles qui élaboreront progressivement les grands « Crus Bourgeois ».

Depuis toujours, les Crus Bourgeois n’ont eu de cesse de contribuer au prestige du vignoble médocain et même si à
ce jour, aucun classement officiel n’a réellement abouti, ils représentent aujourd’hui plus de 40 % de la production
viticole du Médoc.





Le xxe siècle : un nouveau départ
La Première Guerre mondiale freine considérablement l’essor des crus des bourgeois mais le Médoc s’accroche et fait survivre ses grands vins. Il faut attendre 1932 et la liste établie conjointement par la Chambre de commerce de Bordeaux et la Chambre d’agriculture de la Gironde pour consacrer les 444 sublimes vins de bourgeois répartis en 3 catégories distinctes : 6 Crus Bourgeois Supérieurs Exceptionnels, 99 Crus Bourgeois Supérieurs et 339 Crus Bourgeois.
En 1962, se crée le Syndicat des Crus Bourgeois, qui ne regroupe que le quart des propriétés alors recensées trente ans plus tôt. Fort d’un solide enthousiasme, le Syndicat redonne vite aux Crus Bourgeois le dynamisme et le poids économique d’antan.
Unis dans un esprit de bonne compétition et de constante progression, les propriétaires des Crus Bourgeois organiseront même, entre eux, un tournoi amical de dégustation appelé « la Coupe des Crus Bourgeois » qui existera jusqu’en 1999.

En 2003, le syndicat des Crus Bourgeois met en place un classement qui consacre 247 crus jusqu’au millésime 2006.

En 2008 sera mis en place un cahier des charges qui servira de point de départ à une reconnaissance annuelle.

Cette reconnaissance s’inscrit dans l’esprit des Crus Bourgeois, alliant modernité et dynamisme.


 



L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.