Les cépages >
dominance de merlot,
 grande proportion de cabernet-sauvignon,
présence relativement faible
de cabernet franc,
traces de petit verdot
et malbec



Quelques chiffres clés
Superficie: 566 hectares
(4 % du vignoble médocain)
Production moyenne :
4.8 millions de bouteilles
Viticulteurs : 74
(40 coopérateurs
et 34 indépendants)

LISTRAC MÉDOC
Située sur les « hauteurs » de la presqu’île médocaine, l’AOC Listrac cultive un savoir-faire traditionnel et offre au visiteur des vins pleins d’une force légendaire.

Son âme résiste au mal…
Traditionnellement, le listracais d’autrefois passait de la viticulture à la sylviculture et de l’agriculture à l’élevage avec beaucoup de facilité. Cela s’explique par le fait qu’outre ses croupes graveleuses réservées au vin, Listrac possède de vastes prairies, des zones forestières et quelques terres plus grasses et plus fertiles propices à diverses cultures. Cependant, la vigne, déjà très renommée au xviiie siècle, devint vite la priorité de tous et plaça Listrac dès le début du xxe siècle au rang des plus importantes communes viticoles de la presqu’île. Une évolution spectaculaire ralentie par la crise des années 30 dont les moments difficiles n’ont cependant pas empêché un groupe d’hommes de faire reconnaître la notoriété de leurs vins et de faire gagner à Listrac, quelques temps plus tard, son statut d’AOC.
Travaillé avec passion, le vin de Listrac est reconnu pour être un vin au caractère entier. Au fil du temps, et avec l’aide d’œnologues, ce vin a su se rendre plus accessible, plus ouvert et plus rond sans toutefois perdre son essence et sa personnalité.


…Son corps résiste au temps…
Des vins de Listrac, on peut aisément dire qu’ils sont consistants, structurés et solides. Le Listrac enrobe le palais et y laisse son empreinte corsée. Charpenté, le vin de cette AOC a l’exceptionnelle particularité de ne jamais vraiment vieillir. Les années passent et le Listrac dévoile à chaque fois une fraîcheur délicieuse et intacte comme s’il voulait, à tout âge, paraître aussi jeune qu’au premier jour de sa vie. Sa couleur, même, prend avec le temps une jolie teinte rubis quand d’autres Médoc, après de si nombreuses années, atteignent facilement des nuances plus noires. Apte à une quasi éternelle longévité, le Listrac est un bijou d’harmonie entre notes fruitées et puissance constante. Mélange de corps et d’esprit, le Listrac révélerait même, selon certains, des arômes résineux, offerts par le doux parfum des pins environnants. Un cadeau de la forêt plus proche cependant de la jolie histoire que de la réalité…

… Et il sourit de tout son être, fier de dominer ainsi son espace.
Comme sa voisine, l’AOC Moulis-en-Médoc, Listrac redoute le froid et le gel mais ne craint pas la moisissure. En effet, sa situation “continentale” plus éloignée du fleuve lui permet d’éviter le brouillard des côtes de l’estuaire et d’arborer ainsi un vignoble sain. Cette AOC, également appelée “le toit du Médoc” car culminant fièrement à 43 Autour de son plateau calcaire et jusqu’à la forêt, les magnifiques croupes pyrénéennes et les terres de graves garonnaises se partagent l’espace. Qu’elles soient pierreuses ou argileuses, en pentes légères ou accentuées, les terres de Listrac jouissent d’un bon drainage et d’un ciel frais propice à la lente maturation des grands vins. Plantés de Cabernet-sauvignon, les terroirs de graves offrent au Listrac toute son impétuosité tandis que le merlot des sols argilo-calcaire lui donne sa robustesse et sa puissance si typiques.
La production
Selon le décret du 8 juin 1957, les vins de l’AOC Listrac-Médoc doivent :
> provenir de la commune de Listrac, « à l’exclusion des terrains qui, par la nature de leur sol ou leur situation, sont impropres à produire le vin de l’appellation »
> satisfaire à des conditions de production précises : encépagement, minimum de sucre, degré (10,5° acquis), rendement limité (révisé chaque année).

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.